Plénière sur le SRADDET – Partie 1 : équilibre des territoires/cohésion territoriale/mobilités
Partager

Intervention de Christine Moebs en séance plénière du 6 mai 2019

Monsieur le président, cher.e.s collègues,

Je rappelle tout d’abord que l’objectif de la Nouvelle-Aquitaine est d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 que l’on trouve dans le document  « Stratégie détaillée Climat-air-énergie de la Nouvelle Aquitaine (doc1-19) ».

Pour atteindre ces objectifs, il faut une réduction des gaz à effet de serre (GES) de 75% en 2050 par rapport à ceux de 2010, et le solde des 25% devra se faire par la mise en place d’actions de compensation des GES résiduels en préservant les sols agricoles et forestiers, utilisation de matériaux bio ressourcés majoritairement et de réduire la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à 2010.

Comment ? En ciblant la diminution  sur les transports (moins 61%/2010 en 2050) et le bâtiment (moins 54%/2010 en 2050).

Le défi est immense !

Il y a 45 ans, dans « L’idéologie de la bagnole », André Gorz avait alerté sur les dangers et les illusions de la civilisation du « tout voiture ».

Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que les choix d’aménagement depuis 50 ans ont œuvré à rendre l’usage de la voiture individuelle comme seul moyen de transport possible pour un nombre encore trop grand d’habitants de la région néo-aquitaine.

20 % des ménages les plus pauvres consacrent plus de 7,5 % de leur budget aux carburants, contre moins de 4 % pour les 10 % les plus riches.

L’objectif de ce SRADDET est de permettre à une majorité d’habitants d’avoir une alternative à la voiture individuelle, en mobilisant tous les moyens possibles quels que soit l’objet du déplacement (travail, école, famille, amis, vacances, etc).

Deux échelles identifiées : les transports quotidiens petite ou moyenne distance et grande distance

Il est donc clairement inscrit de rétablir les liaisons par le renfort des infrastructures du rail, avec une offre TER performante et à prix raisonnable, via les tarifs mis en œuvre à la dernière plénière, mais également via l’offre des cars scolaires ou interurbains, de pouvoir renforcer la desserte sur les territoires ruraux les moins dotés actuellement.

Il est également prévu de soutenir les projets de mobilité active (vélo, marche), projets innovants sous forme de covoiturage, d’avoir un tiers lieu d’ici 2020 à moins de 20 km de chaque habitant…

Le syndicat Nouvelle-Aquitaine Mobilité est un formidable outil pour travailler ces sujets avec les autres collectivités pour la mise en œuvre de solutions innovantes et performantes notamment pour la mise en œuvre de solutions pour les territoires dépourvus d’offre de transport alternatif.

Les règles prévoient de se doter de dispositifs permettant d’utiliser les bandes d’arrêt d’urgence, de soutenir les pôles multimodaux, carrefours de mobilité partagées, c’est-à-dire la possibilité de combiner facilement plusieurs modes de transport pour se déplacer.

Il va permettre également le développement des déplacements à pied ou à vélo, pour les déplacements plus courts, qui ont un double intérêt, pour l’environnement et la qualité de l’air d’une part, et la santé des habitants d’autre part, en aménageant des itinéraires sécurisés, en s’associant aux actions des départements, communes.

Le fret ferroviaire est un outil d’attractivité et de développement économique des territoires. La mise en place d’actions emblématiques en faveur de ce mode de transport de marchandises permet d’inciter le report modal de la route vers le ferroviaire. Bien qu’on ne soit pas ici sur une compétence régionale, il importe que la Région continue à se montrer volontariste et qu’elle mette en synergie les infrastructures de transports et les pôles d’activités économiques et logistiques générateurs de trafics pour le développement de dessertes ferroviaires de marchandises.

Pour conclure, nous appuyons cette volonté d’offrir un réseau performant de nos TER, de cars interurbains, de solutions innovantes de mobilités actives, de mobilités alternatives sur nos territoires ruraux pour atteindre nos objectifs de diminution des GES, et proposer des solutions qui permettront de conjuguer économies d’énergie et fin de mois !

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]