Séance plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : Prioriser l’urgence sanitaire, économique et sociale, tenir bon sur la démocratie
Partager


Communiqué de presse
Groupe écologiste et citoyen - Eelv
au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine
9 avril 2020

Ce vendredi 10 avril 2020 se tiendra une plénière du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine. Ce sera la première session depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons depuis le mois de mars. 18 délibérations sont mises au vote. Le plan d’urgence en direction des entreprises et associations conçu par la Nouvelle-Aquitaine et qui pourra être déployé, dès lors que nous l’aurons voté, est à saluer.

Mais à l’heure où toutes les énergies sont mobilisées pour les efforts sanitaires et de solidarité (personnels soignants, travailleurs sociaux, associations caritatives…), à l’heure où l’ensemble des acteurs économiques s’inquiète pour son avenir, l’institution régionale doit avoir le sens des priorités.

Ainsi, nous déplorons la mise à l’ordre du jour de la délibération Tarmaq, dont nous avions demandé le retrait. Dans ce contexte, via le vote de si peu d’élus, engager un projet nouveau de parc de formation et de loisirs dédié à l’aéronautique, dont l’association de préfiguration seule coûtera presque 2 millions d’euros, est en total décalage avec les préoccupations de nos concitoyens. De plus, le projet Tarmaq est à l’opposé de l’esprit Neoterra adopté l’an dernier par la Région. Ainsi, cette délibération ne répond ni à l’urgence du moment, ni aux enjeux écologiques de demain.

De plus, pour faire face à ce contexte inédit, la séance plénière se tiendra dans un cadre démocratique fortement dégradé, avec à peine 10% des élu·e·s qui siégeront, soit 21 élu·e·s au lieu des 183 habituellement présents en séance. Ce sont autant de territoires qui ne seront pas représentés.

Léonore Moncond’huy, co-présidente du groupe : « Dans un souci de responsabilité, pour permettre au plan d’urgence d’être lancé, notre groupe participera à cette séance plénière à distance. Mais ces modalités démocratiques dégradées ne doivent pas perdurer. S’il y a bien une Région en mesure de trouver des solutions techniques innovantes pour assurer la représentation et l’expression de tous les élus, c’est la Région NouvelleAquitaine ! »

A l’heure où les ordonnances gouvernementales accordent de larges marges de manœuvre aux chefs des exécutifs locaux, elle poursuit : « La démocratie et le fonctionnement collectif sont des impératifs qui doivent être maintenus, y compris et peut-être surtout, en temps de crise. La gestion de crise, la préparation de la relance, dans la réactivité qu’elles imposent, peuvent et doivent être prises en charge de manière concertée ».

C’est pourquoi le groupe des élu·e·s écologistes demande que, dès les prochaines réunions des instances démocratiques régionales, un système technique permettant l’expression et le vote de tous les élus soit mis en place.

Le groupe écologiste et citoyen au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine