Motion lac de Caussade : une destruction en toute illégalité
Partager

Présentée au nom du groupe écologiste et citoyen EELV par la voix de Jean-louis Pagès en séance plénière du 4 mars 2019 du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, réuni en plénière le lundi 4 mars 2019 constate qu’en dépit des interdictions préfectorales, un ouvrage destiné à une retenue d’eau a été construit en Lot-et-Garonne en toute illégalité.

En octobre 2018, un courrier de Stéphane Travert, ministre de l’agriculture, et de François de Rugy, ministre de la transition écologique, signalait à Patricia Willaert, préfète du Lot-et-Garonne, que le projet de retenue d’eau dit « de Caussade », n’était « pas compatible avec le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux ».

Une requête déposée « en urgence » par les irrigants au tribunal administratif pour pouvoir démarrer quand même des travaux a été rejetée le 13 novembre.

Dès le mois de décembre, les engins de terrassement ont toutefois débuté les travaux sous la protection de milices privées, en dépit d’une intervention de la gendarmerie, et ces travaux sont aujourd’hui achevés.

Ces travaux conduits sans contrôle technique, sans respect des règles de l’art, sont extrêmement préoccupants pour la sécurité publique : si une rupture de digue se produisait, c’est une vague de 920 000 m3 qui inonderait la vallée.

Ces travaux de destruction ont massacré un ruisseau, détruit des espèces protégées et leurs habitats, et accaparent la ressource en eau qui est un bien commun. Ce barrage est un véritable déni de la préservation des milieux aquatiques qui constitue la clé de voûte de nos possibilités d’adaptation future au changement climatique. De tels procédés favorisent une vision de court terme, à l’opposé de l’avenir souhaitable pour l’agriculture, pour l’agroécologie et pour le respect des ressources naturelles.

– Le Conseil régional rappelle ses objectifs de protection des zones humides, qui sont des puits de carbone, et par conséquent que la zone Pinel-Hauterive sur le Caussade, affluent du Tolzac est une zone humide à protéger ;

– Le Conseil régional refuse la construction d’une retenue de près d’un million de mètres cubes qui va détruire l’équilibre hydrique du secteur en confisquant la ressource au fur et à mesure du réchauffement climatique ;

– Le Conseil régional condamne un chantier illégal mené avec les moyens financiers de la Chambre d’agriculture – qui reçoit des financements publics conséquents-, au bénéfice de quelques irrigants, sans aucun contrôle sur la qualité d’un ouvrage bâti clandestinement qui présentera un danger en cas de rupture ;

– Le Conseil régional condamne ces menées illégales et violentes contre la loi et l’ordre public et demande la remise en état immédiate du site détruit.

Notre motion n’a pas été adoptée.


Motion présentée en séance plénière du 4 mars 2019.