Les collectivités n’ont pas à subventionner aux trois-quarts un projet d’enseignement privé
Partager

Communiqué de presse
Groupe écologiste et citoyen - Eelv
au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine
15 mai 2020

Lors de la commission permanente du 15 mai, il est proposé aux élu•e•s régionaux d’approuver une participation financière de la Région à hauteur de 6 millions d’euros pour la création à Bordeaux d’une école d’ingénieur. Les élu·e·s régionaux écologistes voteront contre cette subvention considérant qu’il n’appartient pas aux collectivités de financer majoritairement un projet privé d’éducation.

L’arrivée de cette nouvelle école d’ingénieurs de l’enseignement privé s’intègre dans le cadre du projet de campus François d’Assise sur le secteur de Bordeaux Euratlantique. Il réunit plusieurs partenaires institutionnels de l’enseignement privé et catholique (SCI François d’Assise , école d’ingénieurs Yncréa Nouvelle-Aquitaine, Institut supérieur de formation de l’enseignement catholique, l’AFEPT filiale d’Auteuil Formation Continue et l’Association pour la promotion de l’apprentissage dans l’enseignement catholique technique en Aquitaine).

Le projet est déjà co-financé par la métropole à hauteur de 3 millions d’euros, portant la contribution conjointe de Bordeaux Métropole et de la Région Nouvelle-Aquitaine à près de 9 millions d’euros d’argent public. Les collectivités locales financent donc ce projet, dont le coût total est estimé à 12 millions, à hauteur de 75%.

L’investissement apparaît particulièrement mal venu au regard de la situation actuelle de l’Université publique, de tous ses établissements de recherche et dans la perspective de la crise économique grave qui s’annonce.

Le budget annuel d’investissement de la Région consacré à l’enseignement supérieur étant d’un peu plus de 15 millions d’euros, sa contribution pour la création de cette seule école d’ingénieur représente donc plus d’un tiers de son budget pour l’ensemble des universités de la Nouvelle-Aquitaine.

Pour notre groupe, contribuer à un tel investissement, irait également à l’encontre de la politique régionale visant à garantir au plus grand nombre l’égalité des chances d’accès à l’enseignement supérieur. Les frais d’inscription pour cette école évoqués par étudiant seraient de l’ordre de 6000 euros par an.

Le groupe écologiste et citoyen au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine