Intervention de Thierry Perreau : communication relative au rapport d’activité 2020 de la commission d’évaluation des politiques publiques (CEPP)
Partager

Monsieur le président, cher.e.s collègues,

Vous présenter le rapport d’activités 2020 de la CEPP, c’est déjà vous faire part d’un bilan de fin de mandat. C’est vous exprimer la satisfaction d’un travail transpartisan qui ne s’est pas démenti, réunis au départ dans la difficulté du rude apprentissage d’une matière nouvelle, celle de l’évaluation des politiques publiques, nous nous quitterons après avoir contribué ensemble en 2020 à la finalisation de 3 évaluations transversales, 4 bilans évaluatifs et au lancement de nouvelles évaluations.

Il y a évidemment eu la nécessité d’adapter le programme à la crise sanitaire tout comme il a été nécessaire de modifier le rythme des restitutions des évaluations.

C’est effectivement un axe de progrès évoqué au cœur d’une analyse prospective confiée à un Universitaire, M. Clément Lacouette Fougère, qui souligne un dispositif unique en France et qui fait de la Nouvelle-Aquitaine, une collectivité très sollicitée dans le débat national effervescent de l’évaluation des politiques publiques, je fais référence, après l’organisation en juin 2019, de nos contributions au cycle de conférences organisées par le Conseil d’État, où les médias nationaux comme Acteurs publics ou encore Le Monde.

Ce travail et cette reconnaissance obtenus par l’engagement sans faille d’une équipe d’appui de l’inspection générale des services mobilisée sans ne jamais faillir, d’élus du Ceser, comme de la Région, centrés sur l’important travail à mener à bien, nous honorent et nous engagent. Poursuivre notre action en 2021 c’est mettre en œuvre un programme de haute qualité, c’est consolider le dispositif par l’intégration de l’évaluation des politiques publiques dès la mise œuvre des politiques, c’est s’assurer l’expertise extérieure des consultants et universitaires, et je salue ici la contribution de M. Joël Zaffran de l’université de Bordeaux, c’est ouvrir le dispositif régional, c’est l’animer en le partageant, c’est impliquer les acteurs au plus près des territoires.

L’évaluation des politiques publiques est une politique publique et elle doit trouver toute sa place comme telle au cœur de l’exécutif régional. Il reste un important travail à accomplir, il incombera à nos successeurs, nul doute qu’ils sauront le faire croître et embellir et surtout en assurer toute l’utilité sociale que les temps futurs vont réclamer.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]