Intervention de Lionel Frel : contrat de partenariat entre la Région Nouvelle-Aquitaine et l’entreprise EURENCO (24)
Partager

Monsieur le président, cher.e.s collègues,
Cette délibération est une déclaration d’intention.
Eurenco est une importante entreprise du domaine de l’armement dont le site de Bergerac est spécialisé sur la production de poudre et explosif. Elle emploie sur ce site 164 personnes. Cette entreprise connait des turbulences depuis plusieurs années, alors même qu’elle exerce son activité dans un secteur en expansion.
Cette baisse d’activité est renforcée par des phénomènes géopolitiques récurrents et notamment par la suspension des livraisons d’armes à la Turquie d’Erdogan ou à l’Arabie Saoudite. On connait les exactions de ces 2 pays, les atteintes répétées aux droits de l’homme. On sait combien les Yéménites souffrent et meurent sous les bombes de l’Arabie saoudite d’un côté et de l’Iran de l’autre.
A chaque baisse d’activité, à chaque fois, la variable d’ajustement ce sont les salariés de cette société, en premier lieu les intérimaires.
Cette entreprise a commencé sa diversification vers des activités civiles, mais son activité principale pose problème de façon permanente. Elle pose problème pour des raisons humanistes par son intervention sur le marché de l’armement et l’exportation vers des pays aussi peu respectueux des droits humains.
Notre Région est déjà intervenue plusieurs fois durant ce mandat pour aider cette entreprise bergeracoise ou une de ses filiales, comme Manuco et d’autres. La Région est intervenue notamment à hauteur de 200 000 € fin 2016 pour l’aider à développer une nouvelle ligne de production, mais l’entreprise est maintenant en sous-activité, démontrant ainsi que la pérennité économique sur son activité principale n’est plus viable et que les engagements pris alors par l’entreprise ne sont plus qu’un souvenir lointain et non-atteint.
Cette délibération est un trompe-l’œil. Nous cherchons vainement les engagements clairs de l’entreprise ou de la Région, mise à part la présence d’un peu d’ingénierie sans que celle-ci soit évaluée.
Nous avons apparemment de belles opportunités de diversification pour Eurenco, avec notamment le transfert depuis Angoulême de l’unité de traitement thermique qui pourrait surement permettre de commencer enfin, la dépollution de ce site qui a été complétement pourri par un siècle d’exploitation industrielle de poudres et explosifs.
Mais que dire du respect de cette entreprise à l’égard de ses salariés qui ont appris par la presse le déménagement de cet équipement comme le dénonce la CGT Eurenco ? On donne l’impression de déshabiller Paul pour habiller Jacques, de mettre Angoulême en concurrence avec Bergerac.
Ce sont pourtant des salariés, des hommes et des femmes qui en sont impactés, et non pas le seul déplacement d’un mégafour. Des annonces aussi, trop peu précises malheureusement, en matière de sobriété énergétique ou de développement d’énergie renouvelable sur le site.
Nous regrettons aussi de ne pas voir figurer dans ce catalogue d’intentions le projet d’inertage des déchets d’amiante, un temps envisagé.
Cette entreprise, les femmes et les hommes qui y travaillent méritent mieux, et nous demandons que soit travaillé un vrai projet industriel de diversification et d’investir alors massivement dans ce qui serait un horizon durable.
Pour nous, un vrai soutien serait d’investir massivement dans la diversification civile de l’activité de cette entreprise afin d’assurer vraiment sa pérennité. La  poursuite et le soutien de l’activité principale d’Eurenco mobiliserait les crédits nécessaires sur une solution malheureusement sans avenir et qui ressemble trop à un pansement sur une jambe de bois. Et comme d’habitude, ce seront les salariés qui risquent un jour ou l’autre d’en faire les frais à travers des plans sociaux ou le non renouvellement des contrats des CDD comme c’est malheureusement le cas actuellement.
C’est pourquoi, nous voterons contre cette délibération, car cette société mérite un horizon fait de vraies solutions afin de pérenniser son activité, elle mérite autre chose qu’un catalogue d’intentions mais aussi pour les raisons évoquées auparavant que vous connaissez bien maintenant.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]