Intervention de Lionel Frel : budget supplémentaire
Partager

Séance plénière du 3 juillet 2020

Monsieur le Président, cher.e.s collègues,

La crise du COVID 19 a fortement impactée notre région et ses habitants. Plus de 2000 Néo-Aquitains ont été hospitalisé car atteint par cette maladie. 420 personnes sont décédées dans notre région. L’impréparation et le manque d’anticipation de notre pays, le confinement et le très fort ralentissement économique ont aussi impacté notre institution.

Je pense pêle-mêle aux lycées, aux transports scolaires et aux transports régionaux de voyageurs, aux paysans et aux agriculteurs, aux artisans et aux entrepreneurs, et à tant d’autres. La vague a été forte, elle a été haute, mais le Conseil Régional a su la prendre. Nous pouvons féliciter tous ceux, élus, services, qui ont contribué à cette formidable adaptation et à cet accompagnement sans faille de tous les acteurs de notre région. La Région a été au rendez-vous !

Le budget supplémentaire qui nous est présenté au vote aujourd’hui est un budget supplémentaire de régularisation, et évidemment nous le voterons. Nous le voterons car il prend acte de ce formidable élan de notre région pour accompagner chaque acteur.

Chaque année, à cette époque, le budget supplémentaire impulse un second souffle dans le rythme de notre institution. Aujourd’hui, le budget supplémentaire consacre l’engagement de la région durant cette période si particulière. Nous prenons acte des plus de 100 000 000 d’euros de dépenses supplémentaires dues au COVID19 et nous prenons acte des baisses de recettes déjà prévues à hauteur de plus de 80 millions d’euros.

La prochaine vague risque d’être celle de la crise économique qui s’annonce, et son corolaire celle de la vague sociale voire sociétale. Les prévisionnistes économiques prévoient une baisse du PIB de 10 %, une hausse du chômage à plus de 11 %. Jour après jour, les plans de licenciements s’enchainent, parfois même de la part d’entreprises bénéficiant d’aides et de soutiens nationaux ou régionaux et d’équité sociale.

Nous aurons un deuxième budget supplémentaire très rapidement. Il devra alors être un vrai budget de combat, de combat contre le chômage et pour un développement économique soutenable et durable, un budget réfléchi qui amplifie alors notre ferme volonté d’engager le retournement écologique de la Région. Ce retournement devra s’appuyer sur les propositions écologistes que nous portons au sein de notre majorité. Nous portons ces solutions pragmatiques avec encore plus de convictions et de détermination, animés par le soutien des nombreux habitants de Nouvelle-Aquitaine qui ont le choix de l’écologie dimanche dernier.

Nous devrons préparer la Région à affronter la vague économique et la vague sociale, en réorientant toutes nos politiques publiques vers un néo-développement. En effet, nous ne pouvons pas poursuivre le même type de développement, nous devons nous saisir de cette crise pour nous interroger et pour réorienter nos politiques afin d’éviter que demain, les mêmes recettes ne donnent les mêmes résultats.

Nous devons dépasser NéoTerra, ou l’amplifier, aller plus loin, préparer maintenant le monde de demain pour préparer nos entreprises, nos établissements de l’ESS et tous les autres acteurs de notre région. Face au réchauffement climatique, et à ses multiples conséquences, nous devons préparer notre Région à la résilience. La crise actuelle, la crise qui vient, nous montrent trop la faiblesse de certaines filières.

Chers collègues, ce monde qui vient, ce monde écologique et de justice sociale, ce sont nos concitoyens qui le réclament dans les urnes, ce sont nos propres enfants qui exigent que nous soyons à la hauteur des défis du 21ème siècle. Chers collègues, vous ne le savez peut-être pas encore, demain sera écologique !

Je vous remercie.
[Seul le prononcé fait foi]