Intervention de Laurence Motoman : règlement d’intervention des aides aux entreprises du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine/modifications diverses
Partager

Monsieur le président, chers collègues,
Cette révision du règlement d’intervention modifié « à la marge, afin d’être au plus près des besoins du territoire et des problématiques des entreprises, tout en intégrant les priorités régionales de NéoTerra » ; n’est pas à la hauteur des 11 ambitions, votées en juillet 2019.
Une majorité des modifications proposées vont dans le bon sens et nous les approuvons. Notamment, les évolutions concernant l’économie sociale et solidaire, la prise en compte de solutions fondées sur la nature, la diversification des essences dans les aides à la sylviculture ou la bonification des projets collectifs ; Néanmoins cela reste des modifications « à la marge », comme indiqué en préambule de cette délibération.
Malgré cette année 2020, riche d’enseignements sur la fragilité de notre système de développement l’orientation 3 :  « Améliorer la performance industrielle des entreprises régionales et déployer l’ »usine du futur » ; ainsi que l’orientation 7 : Accompagner le retournement et la relance des territoires et des entreprise » n’ont pas été modifiées.
Pourtant, de nombreuses modifications auraient pu y être apportées : par exemple, concernant « l’usine du futur » ; car, si la Région soutient la réduction de l’utilisation et du recyclage de l’eau, rien n’incite les industriels à réduire leurs émissions de molécules toxiques ; et, en premier lieu les substances cancérigènes, mutagènes, neuro- et repro toxiques.
Lors du premier vote de ce règlement, le 13 février 2017, notre groupe s’était abstenu, en raison d’un manque cruel d’ éco-socio-conditionnalités à la hauteur des enjeux écologiques, sociaux et économiques de notre régions. Cet accompagnement au changement peut être mis en œuvre par des bonifications, selon des critères relevant des priorités régionales de Néo terra et des recommandations d’Acclimaterra et d’Ecobiose.
Depuis le début du mandat, votre réponse, monsieur le président, est que nous handicaperions les entreprises dans leurs demandes d’aides… C’est l’une de nos différences, car nous pensons, au contraire, que nous les aiderions, en les incitant financièrement à orienter progressivement leurs transformations.
Ce monde post Covid, que nous espérons toutes et tous meilleur, pourrait se construire grâce à des mesures sociales et écologiques incitatives, ainsi qu’une cohérence globale des politiques publiques portée par la région.
Pour ces raisons, et dans la continuité de nos votes précédents, le groupe écologiste et citoyen EELV s’abstiendra sur cette délibération.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]