Intervention de Jean-Louis Pagès : SEM Route des lasers – pacte d’actionnaires
Partager

Monsieur le président, cher.e.s collègues,

Les écologistes sont très engagés dans le soutien de l’économie de Nouvelle-Aquitaine, créatrice d’emplois durables et non délocalisables : notre région a besoin. Depuis toujours nous refusons cependant de voter les subventions – y compris les pactes d’actionnaires -, pour le Laser Mégajoule du Commissariat à l’Énergie atomique, présenté comme le grand carrefour de la route des Lasers.
Cette énorme implantation de l’industrie nucléaire de Barp réclame sans cesse des aides publiques, or les écologistes sont persuadés que le budget militaire n’a pas besoin de prendre en otage les budgets civils comme ceux de la Nouvelle-Aquitaine, auxquels ont pourrait trouver de bien meilleurs usages. Le laser Mégajoule tente de reproduire en laboratoire la fusion nucléaire d’une bombe H.
Le prétexte en est toujours la poursuite d’une chimère, celle de la mise au point de lasers de puissance, de la production d’énergie inépuisable et quasi gratuite (projet PETAL), grâce la fusion nucléaire, qui nécessite d »atteindre des températures de plasma de plus de cent millions de degrés Celsius, qui se rapproche de celle qui règne sur la surface du soleil.
Cette chimère du laser MégaJoule de CESTA (centre d’études scientifiques et techniques d’Aquitaine) a déjà englouti près de 7 milliards d’euros pour un budget initial d’un peu plus d’un milliard. On devrait plutôt la rebaptiser la déroute du laser.  Il y a une constante dans les folies de l’énergie nucléaire que ce soit l’EPR civil ou le LMJ militaire, c’est de faire exploser les budgets des finances publiques, sans résultats tangibles.
L’effondrement du vivant, l’épuisement des ressources et le dérèglement climatique ne seront pas réglés par la fusion nucléaire, les avions propres et les voitures électriques, qui entretiennent l’illusion scientiste, sont réfutés par les scientifiques indépendants : cette illusion qu’on va tout changer sans rien changer et vaille que vaille, pérenniser notre société productiviste nous fait perdre trop de temps en face de l’urgence.
Pourtant nous pensons qu’il faut aider la recherche fondamentale et les laboratoires de Nouvelle-Aquitaine qui travaillent dans l’optoélectronique, la métrologie et les applications médicales et optimisent les lasers à usage civil, et soutenir ces communautés de chercheurs de Bordeaux à Limoges. C’est la seule raison pour laquelle nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]