Intervention de Jean-François Blanco : programmes européens régionaux Nouvelle-Aquitaine 2021/2027
Partager

Monsieur le président, cher.e.s collègues,

Cette communication sur les projets européens pour la période 2021-2027 est importante car, nous le savons, les projets majeurs pour notre région suppose l’intervention de l’Europe.

Je souhaite, en premier lieu, remercier Isabelle Boudineau et les services pour sa qualité déjà mesurée lors de sa présentation au GIA Europe et Coopération.

Mais cette communication est, aussi, singulière car elle intervient à la fin de ce mandat et concerne le suivant. J’ai, à ce propos, noté la désignation de notre collègue Florent Boudié comme chef de file de la République en Marche pour la préparation des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine. Je souhaitais le féliciter pour cette nouvelle responsabilité et je vous remercierai monsieur le président, s’il ne participe pas à cette plénière, de lui transmettre mes félicitations.

Cette communication sur les fonds européens pour 2021-2027 appelle de ma part un regret, des observations et suscite un espoir particulier. Le regret concerne le transfert à l’État du FEADER pour 2023-2027. Cette recentralisation risque d’être préjudiciable pour l’agriculture.

Mes observations porteront sur l’Objectif Stratégique 2 à savoir celui relatif à l’ « Europe Verte » et aux mobilités durables.

Pour la séquence qui s’achève – 2014-2020 – notre Région était engagée à ce titre sur un niveau de 35,47 %. L’engagement serait porté à 40%. Certes il s’agit d’un progrès, mais il est insuffisant pour la transition écologique et les mobilités durables.

Ce mandat aura été marqué par deux épisodes lourds, en 2016 et 2017, de grippe aviaire, puis par la crise sanitaire qui s’est déclenchée en 2020 et dont les conséquences humaines, sociales et économiques sont tragiques.

Nous avons le devoir de nous interroger sur l’origine de ces crises pour les dépasser : elles sont le résultat d’un productivisme maladif générateur de la destruction des équilibres écologiques.

Il est urgent d’en sortir et pour ce faire s’opérer un tournant radical pour la transformation écologique.

C’est la raison pour laquelle notre Région doit augmenter notablement son effort pour cette dernière et aller bien au-delà du seuil de 40 % sur l’objectif stratégique 2. Nous entendons reconsidérer cet objectif avec l’Europe pour le futur mandat de 2021 à 2027.

Je terminerai par l’espoir que suscite cette génération des fonds européens pour les projets structurants de notre région et, notamment, pour la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Sur le principe l’Europe a, dès à présent, validé ce projet qui mènera à la réouverture totale.

Malgré tout, le Rassemblement National, le MODEM et la droite s’opposent farouchement à cette perspective, privilégiant le choix anachronique et dangereux du transport routier.

Cette réouverture complète – de Pau à Canfranc, du Béarn à l’Aragon – constituera l’un de nos objectifs prioritaires pour le prochain mandat, avec l’Europe et pour l’Europe.

Nous l’atteindrons pour le climat, la coopération transfrontaliére et une montagne vivante.

Cette réouverture sera, aussi, un formidable hommage aux exilés espagnols qui, sacrifiant souvent leur existence, furent ces bâtisseurs.

Je vous remercie

[Seul le prononcé fait foi]