Agressions sur la ligne Bordeaux – Agen : les écologistes réclament le retour des agents à bord
Partager

Suite aux agressions à l’arme blanche contre des usagers de la ligne Bordeaux-Agen, samedi et dimanche dernier, le groupe Europe Écologie – Les Verts (EELV) au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine s’associe pleinement aux inquiétudes des cheminots et soutient leur décision d’exercer leur droit de retrait. En effet, un drame n’a été évité que grâce à la présence de contrôleurs à bord.

« Lors de l’adoption de la dernière convention entre la Région et la SNCF en avril 2019, nous nous étions abstenus, rappelle Christine Seguinau, présidente du groupe et présidente de la commission Transports du Conseil régional. En particulier parce qu’elle prévoyait de supprimer la présence humaine systématique dans certains TER de l’étoile ferroviaire de Bordeaux. »

Pour les élu.e.s écologistes et citoyens, remplacer un contrôleur présent dans chaque TER par une brigade présente seulement dans 1 train sur 2 en moyenne, n’est pas une alternative acceptable. Les contrôleurs assurent une meilleure information lors de perturbations sur le réseau, accompagnent les voyageurs en difficulté, préviennent d’éventuelles tensions entre voyageurs. Mais surtout, en cas d’accident ou d’incident, ils alertent les services compétents. Cette politique de l’« équipement agent seul » exacerbe les risques pour le personnel et les voyageurs. Des dangers déjà illustrés dans l’actualité, lors d’une collision dans les Ardennes en octobre 2019 – où le conducteur a dû gérer seul, malgré ses blessures graves, la mise en sécurité des voies et des 11 passagers blessés.

Pour Christine Seguinau, « ce besoin de présence humaine est d’autant plus important dans le contexte actuel, où les passagers doivent respecter un protocole sanitaire strict afin de limiter la propagation du Covid. Des mesures légitimes et nécessaires qui peuvent néanmoins être source de tensions entre usagers. La Région doit, avec la SNCF, organiser sans attendre le retour de contrôleurs dans tous les TER. »

Ce n’est qu’ainsi que la collectivité se donnera pleinement les moyens de garantir un véritable service public régional.