Signature du pacte Ambition Agri Bio : 28 millions d’euros affectés à l’agriculture biologique
Partager

Le Commissaire européen à l’Agriculture est actuellement en visite en Nouvelle-Aquitaine. A cette occasion, Phil Hogan a signé le pacte d’ambition régionale Agri Bio en présence de Jérôme Orvain, Délégué de la Région Nouvelle-Aquitaine à l’agriculture biologique.

Ce pacte qui a été voté le 26 juin en séance plénière, unique en France, vise à multiplier par deux la surface agricole utile de la Nouvelle-Aquitaine en bio. Il se distingue par le soutien régional apporté au développement de l’ensemble de la filière.
Fin 2016, la surface agricole utile (SAU) en bio représentait 5 % de la SAU régionale, soit 189 000 ha (au niveau national, l’AB atteint 5,7 % de la SAU) et environ 6 % des producteurs, soit 4801 producteurs (32 326 producteurs en AB au niveau national).

L’objectif régional est d’augmenter de 70 000 ha la SAU pour arriver à 260 000 ha en bio et représenter 10% de la SAU régionale à l’horizon 2020 et 20% en 2027.

Pour atteindre cet objectif, la Région consacrera 28 millions d’euros pour 2017-2020 à l’agriculture biologique, soit 19 millions réaffectés depuis des fonds FEADER, et 9 millions en fonds propres pour la conversion et le maintien en agriculture biologique.

L’approche transversale retenue pour mettre en œuvre ce pacte amplifiera l’action régionale en intervenant à chaque étape de la filière bio : de la formation à la production, en passant par la transformation et la restauration collective.

Jérôme Orvain, conseiller régional délégué à l’agroécologie et à l’agriculture biologique, cheville ouvrière de l’élaboration de ce pacte avec Jean-Pierre Raynaud, vice-président en charge de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt, de la mer et de la montagne, se satisfait de sa concrétisation. Il rappelle que « l’agriculture biologique est génératrice d’aménités environnementales et sociales : son mode de production est source de retombées positives sur la qualité de l’eau, la préservation de la biodiversité, le bien-être animal, la création d’emplois, le développement des territoires, le changement climatique… ».

Après son vote par l’assemblée régionale, ce pacte a donc été aujourd’hui signé par l’État, la Région, les Agences de l’Eau, les Chambres d’Agriculture et les organisations professionnelles d’agriculteurs et de transformateurs.