Second tour de la présidentielle : un seul choix possible, celui du refus du Front National au pouvoir
Partager

COMMUNIQUE DE PRESSE
28 avril 2017

La qualification de la candidate d’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle ébranle les fondements de notre modèle démocratique et républicain.

Cette situation se nourrit des échecs des précédents quinquennats, des inégalités sociales et territoriales, de la peur d’une population qui trouve un moyen d’expression et un espoir de solutions dans un vote extrémiste.

Nous le constatons très concrètement à chacune de nos séances au Conseil régional, où siègent 29 conseillers d’extrême droite : leurs positions sont notamment une hostilité systématique envers les politiques pour les quartiers en difficultés, la coopération internationale, les langues et cultures régionales, l’hospitalité de notre pays, ainsi qu’une vision rétrograde de la culture, de la laïcité et de l’égalité des femmes et des hommes. Nous refusons que ce programme devienne la politique nationale.

A l’opposé du projet incarné par le Front National, nous pensons que les difficultés ne seront résolues que dans la construction d’un modèle plus durable, plus vertueux, plus solidaire, qui permette l’accès de tous et toutes à la formation, à la santé et à l’emploi et qui lutte contre les discriminations, le rejet de l’autre et la corruption.

Les écologistes considèrent Emmanuel Macron comme un adversaire politique, mais Marine Le Pen est un danger pour notre République et pour sa devise : liberté, égalité, fraternité.

C’est pourquoi le groupe écologiste et citoyen au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine appelle à voter pour Emmanuel Macron.

Mais ce vote ne vaut pas adhésion au programme du mouvement En Marche, qui n’apporte pas les bonnes réponses à l’urgence sociale, démocratique et écologique que traversent la France, l’Europe et une grande partie de la planète.

Lors des élections législatives des 11 et 18 juin prochains, nous appelons les électeurs à soutenir les valeurs de l’écologie à l’Assemblée nationale et à construire une majorité parlementaire écologiste, sociale, européenne et citoyenne.

L’écologie, dans la faillite actuelle de notre modèle productiviste et inégalitaire, demeure la seule voie possible pour reconstruire une société apaisée, basée sur des valeurs de justice, d’égalité et de respect de notre environnement.

Les élu-es du groupe écologiste et citoyen au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine