Nos vieux téléphones sont des mines d’or, n’abîmons pas nos terroirs
Partager


COMMUNIQUE DE PRESSE
13 février 2017

A l’initiative du groupe écologiste et citoyen de la région Nouvelle-Aquitaine, l’Assemblée a voté lundi 13 février une motion contre l’autorisation de Permis Exclusifs de Recherche (PER) de minerais et l’exploitation minière en région Nouvelle-Aquitaine.

Les élu-es écologistes ont voulu interpeller l’Assemblée à propos des deux projets qui font actuellement l’objet d’une enquête publique dans la région : en Creuse et en Pays Basque sans oublier celui déjà autorisé de Bonneval entre la Haute-Vienne et la Dordogne.

La flambée des cours mondiaux des métaux entraine actuellement la multiplication des demandes de permis de recherche de minerai partout en France.

L’impact désastreux de ce type de projet industriel sur la santé publique et l’environnement, la menace qu’il représente pour l’économie locale et l’agriculture de qualité de nos terroirs ne sont plus à démontrer.

Ainsi le projet de Bonneval empiète sur le Parc Naturel Régional Périgord Limousin et le projet basque se situe au cœur de la zone thermale et du territoire de production du piment d’Espelette.

Il est également déplorable de constater que les populations lorsqu’elles sont consultées ne soient pas entendues, puisque les permis de recherche sont généralement accordés à l’issue d’enquêtes publiques qui suscitent une opposition totale des habitants.

Cette nouvelle ruée vers l’or interroge aussi sur les nouveaux aventuriers spéculateurs qui s’y lancent. Ces structures souvent dénuées de salariés et de fonds propres seront incapables d’assumer leurs responsabilités financière, morale et environnementale lors des accidents qui ne manqueront pas de survenir. Les projets miniers de recherche ne respectent pas la réglementation européenne en matière d’information du public, de respect de la transparence des appels d’offre et en ce qui concerne la protection de l’environnement et de gestion des déchets.

Ces nouveaux permis ne doivent pas être attribués et nous proposons un moratoire sur tout nouveau projet minier accordé ou en cours d’instruction ou qui doit être mis en vigueur et ce dans l’attente a minima d’une refonte du code minier respectant le droit européen.

Les écologistes rappellent qu’il y aurait bien plus de valeur ajoutée et de possibilités de création d’emplois pour nos territoires en favorisant la filière de recyclage de nos matériaux électroniques qui contiennent des métaux rares. L’investissement dans l’économie circulaire est d’un meilleur rendement et un bon support d’activité pour les entreprises d’insertion.

En vertu de cette motion soutenue par l’ensemble de la majorité, le président Alain Rousset transmettra l’opposition du conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine aux préfets concernés.

Lionel Frel, président du groupe écologiste et citoyen EELV au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Une réflexion au sujet de “Nos vieux téléphones sont des mines d’or, n’abîmons pas nos terroirs

Les commentaires sont fermés.