Les élu-es écologistes de Nouvelle-Aquitaine saluent le retrait du financement de la LGV
Partager

Notre groupe s’est engagé à ne voter aucun financement pour la construction de nouvelles LGV durant ce mandat, que ce soit la Bordeaux-Hendaye, la Bordeaux-Toulouse ou la Limoges-Poitiers, conformément à l’accord passé avec le président de Région.

Notre groupe se félicite donc du retrait de la ligne budgétaire inscrivant 5,6 millions d’euros pour la poursuite du projet de Ligne à Grande Vitesse GPSO (études et acquisitions foncières) dans le chapitre 908 sur le transport de la décision modificative proposée au vote de la séance plénière du jour.

Nous continuerons à nous opposer à l’inutilité et au gaspillage que constitue ce type de chantiers, projets très coûteux à l’heure de difficultés budgétaires massives, en plus de provoquer des destructions environnementales irréversibles.

Nous soutenons les investissements de la Région vers les transports du quotidien, notamment vers les TER : il est prioritaire de développer les dessertes de proximité afin de couvrir les besoins des Néo-Aquitains sur l’ensemble des territoires. Pour que le rail soit une véritable alternative à la route et pour que le service public de transport soit maintenu, il faut aménager les lignes existantes afin que les coûts de déplacement restent raisonnables. La ligne budgétaire de 8,2 M€ inscrite dans la décision modificative pour la régénération de la ligne Royan-Saintes-Angoulême va dans ce sens et est essentielle pour ces territoires de l’ex-Poitou-Charentes.

Jean-Louis Pagès, président du groupe
Françoise Coutant, porte-parole du groupe