Intervention relative au budget transports
Partager

Par Christine Moebs – Intervention en séance plénière du 13 février 2017

Monsieur le président, chers collègues,

Comme dans les mandatures précédentes, le groupe EELV votera contre le chapitre transports dans son ensemble. En effet, le vote du budget a lieu par chapitre et non par ligne : il est donc impossible pour notre groupe de faire des votes différenciés pour les lignes budgétaires allant dans le bons sens, comme celles des TER, des autres lignes budgétaires concernant les LGV et le transport aérien qui ne concourent pas aux valeurs et objectifs de transition écologique, énergétique et sociale que nous portons.

Notre groupe reste donc opposé fermement aux financements des LGV, que ce soit pour la Bordeaux-Tours ou pour la GPSO. Certes la Bordeaux-Tours sera inaugurée prochainement et placera Paris à 2 heures de Bordeaux, mais à quel prix environnemental et financier ! Son exploitation aggravera, en outre, davantage le déficit de la SNCF du fait des péages élevés que celle-ci devra payer au concessionnaire. De plus, on constatera très vite que les territoires ruraux traversés ne profiteront absolument pas de cette infrastructure qui amplifiera la métropolisation au profit des grands centres urbains.

Quant à la GPSO, tous les feux sont au rouge pour signifier qu’il faut arrêter ce convoi fantôme qui va dans le mur : la Cour des comptes et la commission d’enquête publique ont émis des avis défavorables sur ce projet. Le bon sens voudrait qu’on arrête là les frais au niveau des études et acquisitions foncières et que l’alternative à ces LGV, c’est-à-dire la rénovation et la modernisation des lignes existantes, soit réellement prise en compte pour un résultat au final sensiblement équivalent en termes de durée de parcours, mais avec un coût bien moindre. D’ailleurs, si nous baptisons ce convoi de « fantôme », c’est que l’argent pour le financer n’existe pas actuellement et n’existera sans doute jamais. Le prochain gouvernement doit avoir le courage de mettre fin à cette chimère.

N’oublions pas non plus qu’il y a des recours pendants devant le conseil d’État contre la déclaration d’utilité publique et qu’il serait prudent d’attendre le jugement. A ce propos, nous voulons mettre en exergue que les requérants ne sont pas simplement des associations qui seraient contre le « progrès de la vitesse » mais aussi dans ces requérants, il y a des communes, des intercommunalités, des fédérations professionnelles telles que celles des agriculteurs, des sylviculteurs ainsi que des fédérations de chasseurs. Ce qui prouve bien que ce n’est pas une opposition de quelques associations qui seraient jugées extrémistes mais bien une opposition réelle de la société civile à prendre en considération.

En ce qui concerne le transport aérien, nous attendons avec impatience la nouvelle stratégie régionale qui devra clarifier et rationaliser en termes d’aménagement du territoire les dessertes aéroportuaires régionales et leur complémentarité avec les autres modes de transport. Là aussi, il faudra avoir le courage de stopper la concurrence aberrante entre aéroports régionaux pour capter le trafic majoritairement low-cost.

Pour les autres lignes budgétaires concernant le report modal, les ports, les TER, l’intermodalité, et la régénération de lignes existantes qui vont permettre une optimisation des services des TER, nous nous félicitons des engagements forts de la Région car la demande des usagers est importante dans ce domaine. Nous insisterons particulièrement à ce niveau sur la réouverture de la gare de la Médoquine qui est un élément essentiel pour redonner toute son efficacité au chemin de fer de ceinture de l’agglomération bordelaise. Nous demandons donc que la Région s’engage sur un calendrier précis pour cette réouverture en collaboration avec Bordeaux Métropole.

Suite à la demande de la Région dans la dernière phase de l’étude de modernisation de la ligne du Verdon menée par SNCF Réseau, le projet de la Médoquine va être intégré. Le groupe écologiste et citoyen demande donc à faire inscrire l’étude de cette réouverture dans le budget supplémentaire 2017 et d’engager un calendrier précis avec Bordeaux Métropole pour cette réouverture.

Bien évidemment et pour conclure, nous soutenons avec vigueur la poursuite de l’opération Pau-Canfranc pouvant aller à terme jusqu’à Saragosse.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]