Intervention relative au budget primitif
Partager

Intervention de Lionel Frel en séance plénière du 18 décembre 2017

Monsieur le président, cher·e·s collègues,

Troisième budget, troisième rendez-vous. Rendez-vous pour permettre à notre collectivité d’être encore meilleure dans le service qu’elle rend tous les jours au service de nos concitoyens grâce au travail des élus de la majorité et grâce au travail de tous nos agents.

Ce budget est solide, les grands équilibres sont préservés. Ce qui mérite aussi d’être relevé, c’est le choix de l’action volontariste fait par la majorité qui transparait dans l’adoption d’une nouvelle arborescence. Celle-ci, loin d’être anecdotique, n’est surtout pas la volonté de l’exécutif de masquer l’évolution budgétaire. Mais c’est l’affirmation claire d’objectifs ambitieux d’une région solide bâtie sur 6 piliers.

Cette arborescence amène aussi de la clarification, elle montre comment chaque politique publique engagée répond aux objectifs ambitieux de la Région.

Je m’arrêterai quelques minutes sur une ambition qui est chère à tous les écologistes, qui est chère à toute la majorité, celle de du pilier 4, la politique de la transition écologique et énergétique.

Agir plus, plus fort et plus vite

Oui, je l’ai dit tout à l’heure, l’effondrement dramatique de la biodiversité et le réchauffement climatique nous obligent à agir plus, plus fort et plus vite sur ces problématiques qui sont aussi celle de l’agriculture, quand 80% des pollinisateurs disparaissent ou que le dérèglement climatique va obliger les agriculteurs à adapter et leurs pratiques, et leurs culture, au lieu de fermer les yeux et de réclamer des bassines pour quelques uns.

C’est aussi un problème de santé publique, notamment pour les plus fragiles, les plus anciens qui seront confrontés de plus en plus souvent à des épisodes caniculaires. C’est aussi l’érosion du trait de côte, notre littoral soumis à des tempêtes de plus en plus fréquentes dues au dérèglement climatique.

Au-delà c’est par l’action pour préserver la biodiversité, pour engager la transition écologique et énergétique, les transports du quotidien, la rénovation thermique et l’écohabitation, c’est par la prise en compte de cette transversalité dans toutes ces politiques publiques.

Alors aussi un budget ambitieux, un budget solide, mais qui pourrait être encore meilleurs sur plusieurs points, non seulement sur la biodiversité et la transition écologique et énergétique, mais aussi sur la politique culturelle à travers l’excellent travail des animateurs culturels qu’il faudrait développer de façon plus ambitieuse.

LGV : nécessité d’engager une vraie étude en faveur d’une alternative

Une marge de progrès aussi au vu des incertitudes juridiques, économiques et financières qui pèsent lourdement sur la GPSO, pour nous, il est urgent d’engager une vraie étude en faveur d’une alternative. En effet, si venaient à éclater les lourds nuages qui s’accumulent sur les deux projets GPSO, il serait prudent de travailler à un plan B, un projet qui pourrait être réalisé à moyen et pour un coût quatre fois moindre avec la rénovation des voies actuelles.

Vous comprendrez donc chers collègues que nous voterons pour ce budget solide et ambitieux, que nous voterons au sein du chapitre transport pour le fret ferroviaire, pour les TER, pour l’intermodalité, c’est à dire pour les enjeux Transports du pilier 4, et contre le GPSO, qui relève du pilier 3.

En d’autres termes, et comme d’habitude, nous voterons contre les GPSO et pour les transports du quotidien du chapitre.

Je vous remercie.