Intervention relative à la motion sur les animateurs culturels présentée par EELV et Benoît Biteau
Partager

Intervention de Katia Bourdin en séance plénière du 19 décembre 2017

Monsieur le président, cher·e·s collègues,

Je n’avais pas prévu d’intervenir sur cette motion mais il n’est pas supportable de voir simplifier à l’extrême le débat sur cette question majeure des animateurs dont la responsabilité relève bien de la Région.

Je ne pensais pas y être obligée, mais, après ce que j’ai entendu, il va être nécessaire de rappeler quelles sont les compétences de la Région :

  • Promouvoir la diversité culturelle ;
  • Soutenir la création y compris dans les territoires isolés ;
  • Renouveler les publics à travers l’action culturelle et l’ éducation artistique.

Comment soutenir que la responsabilité des animateurs culturels relève de l’éducation nationale ? L’exception éducative est la compétence la plus partagée et une priorité à tous les échelons des politiques territoriales.

S’il était nécessaire, et c’est le sens de cette motion, que le débat soit porté en séance plénière, il est regrettable d’étudier cette question majeure de l’harmonisation de ce dispositif, après plus de cinq heures de débat, sans interruption, les animateurs méritent que leur sort soit traité dans de meilleures conditions.

Je veux juste rappeler quelques chiffres qui montrent que nous ne sommes pas dans une situation de déploiement d’un dispositif existant  : dans l’ex Poitou-Charentes qui comptait 1,8 millions d’habitants, on comptait 90 postes d’animateurs culturels. Ce qu’on nous propose aujourd’hui en Nouvelle-Aquitaine, c’est d’harmoniser avec 60 postes pour 5,8 millions d’habitants. Non seulement nous ne pouvons plus parler de redéploiement, mais en plus, ce ne sont pas  les mêmes missions qui leur sont proposées, il est même question de changer leur nom.

On ne peut pas simplifier le débat au vu de la complexité de leurs missions car il ne s’agit pas simplement d’éducation artistique et culturelle : ces agents de la Région sont aussi le pilier des droits culturels et il s’agit bien de nos responsabilités, quoi qu’on en dise.

Je m’étonne que notre collectivité propose, au final, un nouveau dispositif consistant à répartir 60 animateurs culturels pour 5,8 millions d’habitants, surtout de votre part Monsieur le président, qui nous répétez que nous ne sommes pas là pour saupoudrer les dispositifs sur le territoire.

Je vous remercie.

[Seul le prononcé fait foi]