Compte-rendu de la commission permanente du 13 mars 2017
Partager

Cliquez sur chaque image pour l'agrandir

La première commission permanente de l’année 2017 s’est tenue le lundi 13 mars à l’hôtel de Région de Bordeaux.

Six de nos élu-es, Jérôme Orvain, Martine Alcorta, Lionel Frel, Maryse Combres, Nicolas Thierry et Françoise Coutant y siègent.

Les 424 dossiers présentés ont été adoptés et ce sont plus de 593 millions d’euros d’aides qui ont été attribués.


Nous avons particulièrement soutenu ces dossiers :

  • Transition énergétique

  • Biodiversité

Voir en ligne le colloque « 15 ans de recherche sur la thématique «Pesticides et santé »

  • Développement économique et emploi

  • Culture – Éducation – Sport – Jeunesse – Solidarité – Maîtrise d’ouvrage

  • Agriculture – Urbanisme


Nous nous sommes abstenus sur 3 dossiers :


Nous avons voté contre ces dossiers :



Des élu-e-s en action

Les élu-e-s écologistes au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ont réaffirmé ces dernières semaines leur engagement sur des dossiers essentiels.

 

# Agriculture biologique : une priorité

 

Depuis plus de deux ans, les agriculteurs bio attendent les aides qui leur sont dues au titre de la conversion et du maintien en l’agriculture biologique. Comme le reconnaît lui-même le ministère de l’Agriculture, 22 000 demandeurs de mesures agroenvironnementales et 26 000 d’aides bio n’ont pas reçu de versement depuis deux ans.

Cette situation est intolérable à maints égards :

  • Le manque financier est intenable pour beaucoup d’agriculteurs
  • La politique de la Région Nouvelle-Aquitaine est fortement handicapée alors qu’elle s’est fixé pour objectif d’orienter l’agriculture régionale vers l’agriculture biologique pour atteindre une surface agricole utile Bio de 20% à la fin du mandat et en augmentant le budget attribué à l’agriculture bio.

C’est pourquoi notre groupe écologiste et citoyen EELV au Conseil régional Nouvelle-Aquitaine exige que toutes les aides en retard soient versées et demande à l’État de ne plus faire de différence de traitement des dossiers agricoles (lire notre communiqué en intégralité ici).

Nous nous félicitons de l’annonce faite lors de la commission permanente du 13 février de recruter un agent qui sera chargé d’en accélérer le versement, preuve que la Région, autorité de gestion de ces aides, va prendre sa part pour résorber le retard.

En parallèle, Jérôme Orvain, délégué EELV à l’agriculture biologique et à l’agroécologie, défend depuis le début de son mandat des objectifs ambitieux quant aux montants de ces aides pour les prochaines années. Il a également poussé pour « conserver les aides au maintien, qui sont indispensables pour que les agriculteurs ne retournent pas au conventionnel par manque de temps pour consolider leur exploitation en bio », explique-t-il.

Les arbitrages doivent intervenir dans les prochaines semaines et le groupe reste mobilisé pour peser dans les décisions à venir.

Enfin, Jérôme Orvain travaille sur la contribution de la Région au « Plan ambition bio 2017 », qui a pour objectif de donner un nouvel élan au développement équilibré de toutes les filières de l’agriculture biologique : « du champ à l’assiette”, de la production à la consommation, en passant par la transformation et la commercialisation.

Ce plan, qui a été élaboré en concertation avec tous les acteurs concernés, sera présenté lors d’une prochaine séance plénière du Conseil régional.

 

# Concertation sur l’eau

« Nous allons devoir affronter et réparer les conséquences du réchauffement climatique. Si la température globale augmente de 2 degrés dans les 30 ans qui viennent, la capacité d’utilisation de l’eau sera divisé par deux. Il y a un risque de conflit grave qu’il nous faut éviter !», c’est en ces termes forts que s’exprimait Nicolas Thierry, vice-président en charge de l’environnement et de la biodiversité, le 9 mars dernier lors de la présentation de la nouvelle politique de l’eau voulue par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Une politique de l’eau résolument volontariste qui fondera son élaboration sur une large concertation auprès de tous les acteurs régionaux de l’eau. Une étape essentielle car elle permettra de faire émerger un état des lieux sur la ressource en eau ainsi que les connaissances scientifiques sur les nappes souterraines et les cours d’eau, les lacs, les zones humides et le littoral.

Puis, dans un second temps, la définition des enjeux, menaces et opportunités serviront de base pour faire participer l’ensemble des acteurs concernés par l’eau dans un contexte de raréfaction et de changement climatique.

Retrouvez le calendrier décliné en trois phases sur notre site en cliquant ici.

 

# Contribution ours

En septembre 2016, Nicolas Thierry s’était adressé à la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal pour connaître le calendrier concernant la réintroduction de deux ourses femelles en vallée d’Aspe.  Il avait également tenu aux côtés de Jean-François Blanco, conseiller régional du Béarn, à Oloron-Sainte-Marie, une conférence de presse afin de rappeler les enjeux de cette réintroduction (cliquer ici pour voir l’intégralité du communiqué).

Le projet de volet « Ours brun » de la « Stratégie Pyrénéenne de Valorisation de la biodiversité » a été soumis à la consultation du 15 février au 08 mars 2017.

Les élu-e-s écologistes, socialistes et apparentés et radicaux de gauche de la Région Nouvelle-Aquitaine, ont déposé une contribution en ce sens (à lire dans son intégralité ici).